L’inspiration

Hugo Landry

Mise en contexte

Qui n’a jamais été en panne d’inspiration? Tous, peu importe notre âge avons déjà vécu cette réalité. Certains l’appellent le syndrôme de la page blanche, moi je l’appelle plutôt affectueusement «je-capote-ma-vie-pour-sortir-de-l’impasse ».

Lorsque l’on travaille à temps plein dans le domaine de la création, nous faisons, nécessairement, face à cette dure réalité un jour ou l’autre. L’inspiration est cruciale. Sans elle, un artiste peut produire, mais il peut difficilement créer quelque chose de senti et pertinent.

Alors, comment être toujours inspiré? Ce serait trop facile si c’était possible! Je pense que, comme artiste, la panne d’inspiration est nécessaire. Elle permet parfois un temps d’arrêt et une réflexion sur ce que l’on fait. Lorsque je sens que je peins en mode «pilote automatique», j’arrête. Cela peut paraître simple à faire, mais non, c’est plutôt difficile de se forcer à arrêter.

S’éloigner de l’atelier

Parfois, l’inspiration perdue ne revient pas rapidement. Dans ces moments, on cherche et on veut à tout prix trouver. Bien souvent, le résultat est encore pire. Un de mes moyens pour retrouver l’inspiration est de prendre une certaine distance de l’atelier. Je m’en éloigne quelques jours. J’en profite pour voir des gens, faire du sport, boire du café (beaucoup de café)… Bref, je m’occupe autrement.

Sinon, lorsque c’est possible, et quand je sens que j’ai réellement besoin d’un temps d’arrêt, je pars en voyage. Cela peut paraître drastique, mais lorsque l’on passe des semaines entières à peindre, repeindre et peindre encore, voir du pays peut réellement faire du bien. Cela donne une nouvelle perspective et nous fait apprécier encore plus notre mode de vie et notre travail. C’est d’ailleurs le même principe pour tous les domaines professionnels! Ce n’est pas pour rien que les vacances existent. Lorsque je voyage et que je reviens quelques semaines plus tard, j’aborde mon travail d’un oeil différent. Je remarque un renouveau et une distance qui fait souvent toute la différence.

Les autres

Lorsque je suis en panne d’inspiration, j’évite les contacts avec le travail des autres artistes. J’adore et j’admire mes ami(e)s ou collègues créatifs. Je respecte le travail de tous, sans exception. Je crois que plusieurs pourraient voir cette approche comme étant fermée, mais au contraire. J’évite de me laisser influencer par des idées qui existent déjà. Comme artiste, j’essaie (en caractère-gras-souligné-italique-noir) de créer quelque chose de neuf. C’est là, tout le défi de la création. Je ne dis pas que je le réussis à tous les coups, mais je m’y efforce.

Explorer et expérimenter autre chose

Vous avez raison, j’ai parlé de s’éloigner de l’atelier un peu plus haut dans mon article. C’est surtout dans des cas de mesures extrêmes. Généralement, une bonne solution pour retrouver l’inspiration est de sortir de sa zone de confort et essayer autre chose. On s’entend, essayer autre chose ne veut pas dire que vous réaliserez des oeuvres incroyables. Généralement, mon exploration est synonyme de « oups-je-l’ai-échappé ». Par contre, à travers ces tests, quelque chose de nouveau et d’inspirant peut surgir.

Je crois que la panne d’inspiration est le moment idéal pour prendre du recul sur son travail. C’est parfois une période confrontante, mais tout à fait enrichissante. Elle est nécessaire pour progresser peu importe ce que l’on fait dans la vie!

P-S : Jusqu’à preuve du contraire, aucune vidéo de chat sur Facebook ne m’a permis de retrouver l’inspiration! 😉

16

Partagez l'article!

D’autres articles à lire!